Columbo – Pilote – Leslie Williams – Ransom for a dead man / Rançon pour un homme mort

La scène arrive après une heure. Leslie Williams embarque le lieutenant Columbo dans son avion. Il est mal à l’aise, il n’aime pas voler. Leslie lui passe alors les commandes, elle veut qu’il ressente et comprenne les sensations en plein vol. L’avion se dirige vers les collines. Elle reste imperturbable, donne des indications pendant que Columbo panique. Voilà le genre d’assassin que Columbo affronte dans ce pilote (😊) : une femme qui prend des risques.

Il lui faut ce goût du risque pour se retrouver entourée d’hommes du FBI, suivie à la trace alors qu’elle semble remettre la rançon à des hypothétiques kidnappeurs et rentrer avec les 300 000 milles dollars sur elle. Assurément, Leslie Williams n’a peur de rien. Pas même de montrer le fonctionnement du téléphone qui lui a servi d’alibi ! Ou de dire au lieutenant qu’il manque tellement de preuves qu’il ne lui reste plus que deux options : l’arrêter ou partir.

Il ne faut pas confondre cependant ce goût du danger avec le jeu. Leslie ne joue pas, elle anticipe, prévoie, calcule le moindre de ses gestes.

Robot Leslie

Cet amour du risque cache une autre caractéristique de cet assassin : son intelligence. Leslie a un plan : qu’elle a préparé, pensé, vérifié. Tout est précis et bien ordonné. Elle s’effondre mais uniquement en public. Seule, elle danse dans son salon pour célébrer sa victoire. Un plan génial dans le premier quart du film dévoile cet aspect : on y voit Leslie, en gros plan, et peu à peu se superposent à l’image sa voiture dont les phares allumés deviennent ses yeux.

Leslie est un robot et comme tous les robots, elle n’a pas d’âme, ni de conscience. C’est un monstre froid et calculateur.

Vous n’avez pas de conscience et c’est votre faiblesse.

Columbo

Pour la confondre, Columbo va utiliser un stratagème, exploitant cette faiblesse. Avec l’aide de Margaret, la belle-fille, il va la contraindre à utiliser l’argent de la rançon, prouvant son implication dans le rapt et le meurtre de son mari. Cela peut paraître un peu décevant qu’une femme aussi intelligente que Leslie se laisse prendre au piège aussi basique mais je ne trouve pas que cela nuit à son caractère. Il est assez logique avec son goût du risque et les petites tortures psychologiques que lui inflige Margaret.

A ce sujet, je me suis demandé quelle était la réelle implication de Columbo dans l’attitude de Margaret. On devine une vraie manipulation de l’adolescente. Il lui tombe dessus dès le cimetière, après la gifle qu’elle donne à sa belle-mère et lui assure qu’il sera là pour elle. Lorsqu’elle vient le trouver pour parler de ses doutes, il l’évacue, nonchalamment, lui martelant que de toute façon, elle n’a aucune preuve et qu’il ne peut rien faire avec des suppositions. Et finit par lui parler du problème des clefs de voiture. Il lui dit que la personne qui a les clefs est sans doute l’assassin. Margaret fait donc faire un double des clés et prétend qu’elle les a trouvées dans la chambre de Leslie. Columbo, devant les deux femmes, lui rétorque qu’il sait que c’est elle qui les a fait refaire, qu’il fait surveiller la maison et qu’il a les doubles des factures.

Columbo manipule-t-il Margaret ?

Columbo a-t-il manipulé Margaret, l’a-t-il poussé à cette réaction pour mettre la pression à Leslie ? Pour lui montrer que sa belle-fille avait des soupçons et qu’elle représentait un danger ?

On peut le croire, surtout quand dans la dernière scène, il avoue qu’il a monté le piège avec Margaret. Piège qui comprenait une torture psychologie en règle : Margaret, assis dans un fauteuil tire sur Leslie avec des balles à blancs. Dans une scène précédente, lorsque Columbo avait décrit cette scène, correspondant au modus operandi de l’assassin, Leslie a eu un léger malaise. Il l’a donc fait rejouée par Margaret, sur les lieux du crime et avec pistolet. Si ce n’est pas du sadisme !

Columbo apparait aussi intelligent que son assassin et tout aussi froid : il anticipe, il manipule, il calcule pour obtenir ce qu’il veut.

Vous savez Columbo, vous êtes presque sympathique dans une espèce de minable version de vous. Peut-être est-ce la façon dont vous avez de venir ici, débraillé, avec votre réserve de vieux trucs. […] Votre humilité, votre prétendue distraction, les petites anecdotes sur votre famille, votre femme, vous savez… [..] Oui, l’inspecteur Columbo, qui farfouille et trébuche, mais c’est toujours la jugulaire qu’il vise.

Leslie Williams

Lee Grant choisit son pseudonyme avec les deux principaux généraux de la guerre de Sécession. Elle obtient le prix d’interprétation féminine au festival de Cannes en 1952 pour le rôle de la voleuse à l’étalage dans Détective Story de William Wyler. Elle sera l’une des victimes du maccarthysme et inscrite sur la liste noire du cinéma car elle refuse de témoigner contre son mari, le dramaturge Arnold Manoff. Elle travaille à la télévision et reprendra le chemin du cinéma dans les années 1960, avec à la clef de nombreuses nominations pour les Oscar. Elle remporte le prix en 1975 pour son rôle de Félicia dans Shampoo de Hal Ashby. Elle remportera un autre Oscar, celui du documentaire pour Down and out in America (qui dénonce les effets de la politique de Ronald Reagan).

Filmographie sélective
Cinéma
  • 1951 : Histoire de détective (Detective Story) de William Wyler : Shoplifter
  • 1959 : L’Ange bleu (The Blue Angel) d’Edward Dmytryk : non créditée
  • 1967 : Divorce à l’américaine (Divorce American Style) de Bud Yorkin : Dede Murphy
  • 1967 : Dans la chaleur de la nuit (In the Heat of the Night) de Norman Jewison : Mrs. Leslie Colbert
  • 1970 : Le Propriétaire (The Landlord) de Hal Ashby : Joyce Enders
  • 1975 : Shampoo de Hal Ashby : Felicia Karpf
  • 1981 : Charlie Chan and the Curse of the Dragon Queen de » Clive Donner : Sylvia Lupowitz
  • 2000 : Docteur T et les femmes (Dr T and the Women) de Robert Altman : Dr Harper
  • 2005 : Going Shopping de Henry Jaglom : Winnie
à la télévision
  • 1951 : C’est déjà demain (Search for Tomorrow) (série télévisée) : Rose Peterson #1 (1953-1954)
  • 1964 : Le Fugitif (The Fugitive) (série) , saison 1, épisode 25 (« Taps for a Dead War ») : Millie Hallop
  • 1971 : Columbo : Rançon pour un homme mort (Ransom for a Dead Man) (Pilote no 2) : Leslie Williams
  • 1978 : The Good Doctor : rôles divers
  • 1998 : Intimate Portrait: Bella Abzug
  • 2004 : Intimate Portrait: Dionne Warwick
comme Scénariste
  • 1976 : The Stronger
  • 1998 : Intimate Portrait: Gloria Steinem
comme réalisatricE
au cinéma
  • 1976 : The Stronger
  • 1989 : Staying Together
à la télévision
  • 1975 : For the Use of the Hall
  • 1984 : A Matter of Sex
  • 1985 : Cindy Eller: A Modern Fairy Tale

Ne ratez pas les prochains dossiers !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! En savoir plus dans notre politique de confidentialité

What is your reaction?

0
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly