Histoire

Nick Franco, joueur invétéré, endetté, mais grand séducteur s’éprend de Lisa Martin, une jeune femme rencontrée à Rome.

Avis

Le premier et le seul épisode scénarisé par Peter Falk lui-même. On se dit qu’il n’y a pas de danger, que l’interprète du lieutenant est après tout le plus à même de connaitre son personnage. Cela n’évitera tout de même pas un passage pétage de plomb, récurrent sur la deuxième époque. Après l’épisode de la Rolls, l’épisode où Columbo fouille les poubelle en courant dans les couloirs les bras levés, voici l’épisode où Columbo s’amuse avec de la lumière.

Bon, ok, j’avoue, c’est de la mauvaise foi ! L’épisode est bon, les indices (certains recyclés d’épisodes précédents) tiennent la route et ne gâchent pas le plaisir. C’est basique mais ça fait le taf. L’intérêt de l’épisode réside dans l’affrontement entre Columbo et Lauren Staton et surtout autour de cette question : est-ce que Columbo est sensible à son charme ou non ? Est-il un policier froid, une machine de déduction, qui ne recule devant rien pour mettre sa proie à l’ombre ? Où est-ce l’inverse ? Y-a-t-il un homme sous l’imperméable du flic ? Au vu de ses agissements passés, on peut en douter. Il n’y a qu’à voir avec quelle froideur il a repoussé Abigail lorsqu’elle demandait un peu de compassion ou de « passer l’éponge pour cette fois »; ou ses innombrables tortures mentales et autres intimidations. Ici, la réponse oscille entre les deux. Il nie toute affection à la fin de l’épisode mais accepte de laisser partir une accusée (Lisa) pour la seconde fois de sa carrière (voir La femme oubliée).

Quant à Lauren, comment expliquer son attitude de séductrice ? Est-elle à ce point habituée à ce que personne ne lui résiste pour jouer de ses charmes ? Il y a sans doute une habitude dans son recours à la séduction – lorsque Columbo la met en difficulté. Et pourtant, malgré son petit jeu, elle n’est pas dupe et sent bien le danger. Elle demande à Lisa de quitter les Etats-Unis pour cette raison, parce qu’elle sait que son petit manège ne prendra pas.

Le traditionnel affrontement entre le flic et l’assassin change de nature, il se fait plus doux, à fleurets mouchetés. Mais là aussi, il n’y a que Columbo qui touche. Cela change un peu la dynamique de l’épisode, qui devient du coup une quasi constante dans cette seconde époque : surprendre le téléspectateur en détournant les codes de la série.

En somme, c’est un bon épisode, une vraie surprise sur la révélation finale (la nature de la relation entre Lauren et Lisa, finalement pas lesbienne) et une fin douce amère.

Notez cet épisode !

Anecdotes
  • Avec cet épisode, Peter Falk signe le seul scénario de sa carrière.
  • Dans le générique, environ trente secondes, plan sur la fontaine, on entrevoit que ce qui est monté comme un travelling avant est en réalité tourné en travelling arrière : l’eau « remonte » dans la fontaine.
  • Chose inédite, Columbo semble succomber au charme de la suspecte en se laissant embrasser à deux reprises.
  • À la fin de l’épisode, il se montre compatissant et laisse la fille de Lauren s’échapper. Le fait n’est toutefois pas nouveau, car Columbo laisse aussi filer l’assassin de l’épisode La femme oubliée.
  • Faye Dunaway a remporté un Primetime Emmy Award pour l’actrice invitée exceptionnelle dans une série dramatique pour cet épisode.
  • Dawn Wells, mieux connue sous le nom de Mary Anne de L’île aux naufragés (1964), a un petit rôle non crédité en tant qu’invitée à la fête. Elle apparaît au tout début de l’épisode.
  • C’est le deuxième épisode où le meurtrier tente de changer la garde-robe de Columbo, lui achetant même une nouvelle cravate. La première fois que cela s’est produit, c’est dans Columbo : Requiem pour une star (1973) où Edith Head lui offre une cravate à la demande du meurtrier.
  • Peter Falk, en tant que producteur exécutif et scénariste de cet épisode, a inséré la chanson « Bye Bye Blackbird » dans la scène de la fête alors que Lauren (Faye Dunaway) revient du meurtre. Dans le film La bataille pour Anzio (1968), Falk, en tant que Cpl. Jack Rabinoff, chante « Bye Bye Blackbird ».
  • Les cheveux de Colombo sont redevenus brun foncé dans cet épisode; où dans tous les autres épisodes récents c’est nettement poivre et sel.
  • À l’exception des deux épisodes pilotes, c’est le seul épisode où la phrase « Peter Falk as Columbo » apparaît dans une image au début. Habituellement, « Peter Falk as » est affiché en premier, suivi de « Columbo » dans un cadre séparé.
  • C’est la deuxième fois dans la série qu’une couverture électrique est utilisée pour garder un cadavre au chaud. La première fois, c’était dans l’épisode 4 de la saison 1, « Plein cadre« . Autre similitude avec ces 2 épisodes, le complice reste sur les lieux pour tirer un coup de feu juste avant que le corps ne soit découvert.
  • Il s’agit d’un épisode exceptionnel de Columbo pour trois raisons : (1) c’est le seul scénario écrit par Peter Falk ; (2) la stratégie du meurtrier pour gérer le limier Columbo est assez extraordinaire : elle flirte avec lui, l’embrasse et lui achète même des cadeaux ; (3) c’est l’un des seuls épisodes (avec Columbo : La femme oubliée (1975)) où Columbo lâche sciemment l’un des meurtriers.
Filmographie sélective de Faye Dunaway

Faye Dunaway est une actrice, productrice de cinéma et scénariste américaine, née le 14 janvier 1941 à Bascom (Floride). Elle commence sa carrière au milieu des années 1960, l’immense succès du film Bonnie et Clyde en 1967 faisant d’elle une vedette. Louée pour sa grande beauté, elle devient l’une des plus grandes actrices du cinéma américain en jouant les femmes froides et sensuelles, à poigne et névrosées, guettées par la déchéance dans des films comme L’Affaire Thomas Crown, Chinatown, Les Trois Jours du Condor ainsi que Network. Au cours de sa carrière, elle se voit décerner un Oscar, un BAFTA, un Emmy et quatre Golden Globes. Emblème majeur du Nouvel Hollywood, elle travaille sous la direction de réalisateurs de renom et donne la réplique à certains des plus grands acteurs de sa génération. Parmi ses autres grands succès, il faut citer Little Big Man, La Tour infernale, Les Yeux de Laura Mars, Maman très chère, Barfly ou encore Arizona Dream. Faye Dunaway marque également son époque et la mode par l’incarnation d’un style particulier, chic et sophistiqué.
Source : Wikipédia

Filmographie sélective de Claudia Christian
  • 1984 : Calendrier sanglant Calendar Girl Murders) (TV) : Kara
  • 1989 : Code Quantum (TV) : Allison (Saison 1 Episode 9) [Un Homme à abattre]
  • 1994-1997 : Babylon 5 (TV), saisons 1 à 5
  • 2012 : Strange Frame : Zev (voix)

Source : Wikipédia


Ne ratez pas les prochains dossiers !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! En savoir plus dans notre politique de confidentialité

What is your reaction?

0
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly