Histoire

Wade Anders est le présentateur de l’émission à succès « Alerte au crime », dont le principe est d’aider les services d’enquêtes à retrouver les auteurs de meurtres non élucidés, en lançant des appels à témoins en direct. Budd Clarke, qui a été évincé de ce poste, exige la démission d’Anders, afin de prendre sa place. Pour ce faire, il menace de rendre public le passé d’acteur pornographique d’Anders. Au cours d’un rendez-vous dans la villa de Clarke, Anders lui fait fumer une cigarette empoisonnée au sulfate de nicotine. Au vu des indices sur place, Columbo comprend rapidement qu’il ne s’agit pas d’une simple crise cardiaque liée au tabagisme.

Avis

Le début fait un peu peur : surjeu, réalisation et lumières discountée, l’épisode commence comme un mauvais téléfilm de l’après-midi, avec des acteurs débutants et en roue libre. Mais ce n’est qu’une reconstitution pour une émission de télé, Crime Alert, sorte de Témoin n°1 français.

Après ce coup de bluff réussi, les 30 premières minutes sont le portrait de l’assassin : Wade Anders, présentateur vedette, ayant accédé à la notoriété sur le tard. On le voit sympathique, proche de son équipe, ayant imposé une productrice black (ce qui à l’époque n’allait certainement pas de soi). On le voit aussi profiter de sa célébrité, pleinement, de ses avantages, de ses privilèges. Survient alors l’antagoniste, aussi exécrable que Wade est affable, aussi antipathique que Wade est chaleureux. Par contraste, il donne à l’assassin l’empathie qui lui manquait de prime abord. C’est d’ailleurs le seul problème de cet épisode : Wade Anders est un peu trop lisse, un peu trop commun, alors que l’acteur – Georges Hamilton – jouait un excellent Docteur Collier dans Etat d’esprit. Du coup, son duel avec Columbo manque un peu de panache ou d’enjeu. L’épisode se suit tranquillement, sans grande surprise tant les indices sont présentés sans subtilité au spectateurs (le chien, la haie etc…).

Il n’y a pas de vrai suspense, pas de véritable surprise non plus. Les quelques tentatives d’humour tombe à plat au mieux, sont ridicule au pire. Le pervers à l’imperméable, je pense qu’on aurait pu s’en passer. Cela n’apporte rien et ce n’est même pas drôle.

En résumé, un épisode ni bon, ni mauvais. Un épisode sans étincelle particulière, qui se laisse regarder avec plaisir mais qui ne laisse pas un souvenir impérissable.

Notez cet épisode !

Anecdotes
  • 2e apparition de George Hamilton, après l’épisode : État d’esprit.
  • C’est dans cet épisode que Columbo résout l’énigme avec les marques de griffes du chien (en fait, une chienne) sur les portes de 2 voitures (dont sa 403).
  • Une erreur de la part de Columbo : il indique que sa Peugeot 403 date de 1950. Or celle-ci apparaît en France en 1955, et la version cabriolet (celle de Columbo), en 1956.
  • Columbo déclare que même sa femme qui a la main verte ne peut faire repousser une haie aussi rapidement, ce qui contredit un peu ses dires dans Dites-le avec des fleurs (la remarque vaut pour la version française car dans la version originale, c’est la main verte de sa nièce).
  • Petit trait d’humour aux alentours de la 56e minute quand il entre dans un sex-shop pour son enquête et qu’il croise un type avec un regard un peu fou qui porte exactement le même imperméable que lui et qui lui dit en voyant que Columbo a le même imperméable : « tu vas bien t’amuser aussi ce soir j’espère… »
  • Le titre de l’épisode (en anglais) reprend la mise en garde inscrite sur les paquets de la marque Victory dont Budd Clarke fume les cigarettes et dont on voit un gros plan autour de la 15e minute. Caution : Cigarette Smoking May Be Hazardous to Your Health.
  • Dans le générique de fin de « Crime Alert », Alan J. Levi est répertorié comme producteur superviseur, Todd London comme coproducteur et April Raynell comme scénariste. Les trois personnes ont rempli ces fonctions dans cet épisode de Columbo (1971).
  • Jerk Out by The Time (avec Prince chantant le chant principal) est joué pendant la répétition de la remise des prix.
  • C’était la deuxième fois que George Hamilton jouait un meurtrier dans Columbo (1971). Il jouait auparavant un psychiatre meurtrier dans Columbo : État d’esprit (1975).
  • Références à un vieux film porno mettant en vedette le personnage de George Hamilton Wayne Anders – « Holly Does Houston » est un jeu de mots évident sur un vrai film porno appelé Debbie Does Dallas (1978).
Filmographie de George Hamilton

Il participe à la super-production de Carl Foreman, Les Vainqueurs, et s’essaie avec succès à la comédie il participe à la super-production de Carl Foreman, Les Vainqueurs, et s’essaie avec succès à la comédie d’action dans Viva Maria ! de Louis Malle et L’Homme de Marrakech de Jacques Deray, avant de s’orienter vers la télévision, où il donne la réplique à Lana Turner (déjà croisée sur Par l’amour possédé) dans The Survivors et lance sa propre série Paris 7000. Entré dans la production en 1971, avec Evel Knievel de Marvin Chomsky, il produit et interprète en 1979 le film culte de Stan Dragoti Le Vampire de ces dames, et en 1981 parodie avec entrain le plus illustre bretteur du cinéma dans La Grande Zorro, une comédie de Peter Medak. Ces deux films lui vaudront chacun une nomination au Golden Globe du meilleur acteur de comédie. À sa filmographie, viennent s’ajouter Sextette de Ken Hughes, Le Fantôme de Cat Dancing de Richard Sarafian, Le Parrain 3 de Francis Ford Coppola ou encore Crocodile Dundee 3 de Simon Wincer et plus récemment Off Key de Manuel Gomez Pereira.
Source : Wikipedia


Ne ratez pas les prochains dossiers !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! En savoir plus dans notre politique de confidentialité

What is your reaction?

0
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly