Histoire

Le sergent-major Lester Keegan menace de révéler les détournements de fonds opérés par le colonel Frank Brailie, directeur d’un think tank paramilitaire privé financé par un camp d’entraînement de mercenaires, dans le cadre des « Fonds de projets spéciaux ». Keegan a aussi découvert que Brailie entretient une relation avec Jenny, la jeune épouse du général Padget, président d’honneur de la fondation. Brailie tue le maître-chanteur en simulant un accident lors d’un exercice de nuit. Mais il n’est pas au bout de ses peines, car c’est au lieutenant Columbo qu’est confiée l’enquête. Le lieutenant demande une autopsie…

Avis

Cette saison du retour se termine comme elle a commencé, avec un « Mouais »… Ce n’est pas tant que l’épisode soit mauvais mais il est juste lent et ne comporte pas assez de déductions à mon goût. Columbo chemine vers la vérité à petits pas, enseveli sous un fatras de scènes somnolentes. Le pire étant la personnalité du tueur : vide. Être antipathique ne suffit pas, hélas, à faire un bon méchant dans Columbo. Frank Brailie (interprété par Robert Forworth) est mou et ne suscite ni empathie ni véritable intérêt. Le personnage du Général Padget est plus intéressant, brillamment interprété par Stephen Elliott ( qui avait déjà joué la victime dans État d’esprit). Cet assassin-là aurait été sans doute plus intéressant. De même, la scène où Columbo coince la femme adultère est plus intéressante que le final. Quand les rôles secondaires sont plus intéressant que le principal, il y a anguille sous roche… Par contre, la scène où Jenny confesse sa relation adultérine au Général aurait plus sa place dans Amour, Gloire et Beauté que dans un Columbo.

On remarque le prénom de Frank sur le sac que tient Columbo. C’est la seconde fois que l’on aperçoit ce prénom, mystère résolu ?

Un petit mot sur le cadre de l’épisode, une fondation pour la pensée américaine, la pensée de droite, voir d’extrême-droite. Elle vend des stages où elle apprend à ses élèves à devenir mercenaire en 15 jours et à tuer efficacement pour le jour où l’anarchie et les ennemis de l’Amérique seront prêt à l’attaque. Quant au Général Padget, aussi sympathique soit-il, il s’enthousiasme un peu trop pour la bataille de Gettysburg. Admirait-il le Général Lee ou Lincoln ? Nul doute que de nos jours, ce passage poserait problème.

Enfin, pour conclure, la façon dont Columbo se procure le rapport secret est un peu légère. Même si la scène est amusante, le fait qu’il ne déduise pas son existence est décevant.

Le retour de Columbo se termine donc en demi-teinte. Fort heureusement, la saison qui vient sera passionnante…

Notez cet épisode !

Anecdotes
  • C’est l’un des rares épisodes de Columbo dans lequel le prénom supposé du lieutenant est affiché. À env. 43 minutes 10 secondes après le début de l’épisode, Columbo montre à Frank Brailie un sac de preuves en plastique contenant des feuilles et de la boue récupérées du col de la victime. Le nom ‘Frank Columbo’ peut être lu sur le sac.
  • Stephen Elliott est dans 2 épisodes. Dans l’un, il est la victime du meurtre, mais dans les deux épisodes, sa femme a une liaison avec le meurtrier.
  • C’est le dernier des trois épisodes où le meurtrier est un militaire.
  • Le nom de famille du sergent-major Lester Keegan, personnage d’Andy Romano, est peut-être un hommage au célèbre historien de guerre John Keegan (1934 – 2012).
Filmographie sélective de Robert Foxworth

Robert Foxworth se fait d’abord remarquer sur les planches, en particulier à l’Arena Stage de Washington. Au début des années 1970, il est tête d’affiche de la série télévisée The Storefront Lawyers. Il obtient ensuite quelques rôles importants au cinéma. Pressenti pour interpréter J. R. Ewing dans Dallas, il souhaite que le personnage soit sensiblement édulcoré, mais se heurte au refus du producteur. C’est Larry Hagman qui empoche la mise. Trois ans plus tard, Foxworth ne laisse pas échapper le rôle de Chase Gioberti dans Falcon Crest, une autre série phare des années 1980. Plus récemment, on a pu le voir sous les traits du docteur Bernard Chenowith dans Six Feet Under. Au cinéma, il est la voix de l’autobot Ratchet dans le film Transformers et ses suites.
Source : Wikipedia


Ne ratez pas les prochains dossiers !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! En savoir plus dans notre politique de confidentialité

What is your reaction?

0
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly