Histoire

Une ex-vedette de music-hall veut organiser son retour sur la scène. Elle compte sur son mari, riche médecin à la retraite, pour le financer. Ce dernier refuse catégoriquement. Ce soir là, il lit dans sa chambre, à l’étage, pendant qu’elle se fait projeter un film dans une autre pièce. Elle le drogue avec des somnifères qu’elle mélange avec du lait.

Avis

La cinquième saison, que je trouve personnellement plus faible que les précédentes, contient pourtant l’un de mes épisodes préférés. La femme oubliée est une mécanique parfaite de déductions dont la scène finale retournera le cœur des plus aigris (pour peu qu’il batte encore). C’est le final de Columbo le plus émouvant, le plus parfait et le plus inattendu de toutes les saisons confondus. Ne lisez pas la suite sans avoir vu l’épisode !

John Payne pour commencer, livre une interprétation exemplaire. Son Ned Diamond tout en amour déçu et tout entier tourné vers sa Grace, sa prévention, sa délicatesse, en fait d’emblée un personnage éminemment sympathique. Comment ne pas tomber sous son charme, qui refuserait une amitié aussi forte et sans contrepartie ? Ce qu’il fait pour sauver Grace est inattendu et exemplaire.

Grace Wheeler donc, ex-star du cinéma dansant, des comédies musicales veut son retour sur le devant de la scène. Mais sa tumeur au cerveau efface implacablement ses souvenirs les plus récents, au point qu’elle oublie totalement avoir tuer son mari. Le spectateur prend connaissance de sa maladie lors du final de l’épisode, et tout devient clair, toutes les pièces s’emboitent. Le comportement erratique et enfantin de Grace, ses sautes d’humeur, ses oublis de nom, de jour, tout l’épisode subit un éclairage nouveau. C’est un choc. Peut-être trop près de la fin pour en saisir et en apprécier tout le sens, mais quel retournement de situation.

Columbo est aux prises avec une meurtrière qui a oublié l’avoir commis et qui n’est même plus capable de se penser suspecte du suicide de son mari. Lorsqu’elle surprend le lieutenant suspendu à une branche, elle ne tilte pas, elle ne se souvient pas l’avoir fait le soir du meurtre, elle n’est pas inquiète le moins du monde. Au lieu de cela, elle lâche à Columbo qu’elle sait pourquoi il ne cesse de revenir la voir : pour la magie du show-business !

L’épisode est parfaitement maitrisé, le scénario très bien écrit, que ce soit pour les indices et les déductions, où les réparties émaillant l’épisode.

– Ma femme est une danseuse formidable, mais j’ai deux pieds gauches quand il s’agit de danser en public, alors elle doit toujours s’asseoir. Que pouvez-vous faire pour un problème comme celui-là ?
– Devenez critique.

Ned Diamond à Columbo

Pour la première fois (mais pas la dernière…), Columbo n’arrêtera pas l’assassin. Avant de revenir sur ce point, parlons du pistolet du lieutenant. Une sous-intrigue sur le fait que Columbo n’a pas suivi son entrainement de tir et risque donc une mise à pied fait office de gimmick humoristique tout au long de l’épisode. Gimmick, vraiment ? Cette intrigue nous donne déjà quelques scènes amusantes et répliques de hautes volées.

– Je ne vous vois pas souvent au commissariat…
– Aucun des meurtres n’a lieu là-bas, vous savez.

Columbo au Sergent Leftkowitz qui lui reproche de ne pas avoir fait de test de tir depuis… 10 ans.

Columbo finira par envoyer un collègue à sa place pour ne pas perdre son badge. Mais surtout, ce que nous montre cette série de scène, c’est que le lieutenant peut contourner les règles, la loi si elle est contraire à son éthique. Et c’est ce qu’il se passera à la fin de l’épisode.

Si le spectateur sait que Grace est coupable, il n’est pas au courant encore pour sa maladie incurable. Aussi, lorsque Columbo échange avec Ned sur la culpabilité de la danseuse, on se demande pourquoi. Ces affrontements, généralement, se font avec le suspect principal et nous savons bien que Ned n’a rien à voir dans ce meurtre. Columbo lui donne même rendez-vous le soir où il pense arrêter Grace. Pour quelles raisons ? C’est inhabituel et au premier visionnage, c’est incompréhensible.

Mais voilà, Columbo a une idée derrière la tête. Il veut convaincre Ned de la culpabilité de Grace. C’est à lui qu’il présente ses déductions et les preuves, à lui seul. Pourquoi à Ned ? Avait-il besoin d’un témoin fiable pour l’arrestation de la véritable meurtrière ou a-t-il manipulé Ned pour qu’il protège son amour de jeunesse en attendant qu’elle meurt ? Au vu de la réaction de Columbo, on pourrait penser que la seconde solution est la bonne. A moins que tout cela ne soit que manipulation machiavélique du lieutenant !

Un épisode parfait, l’un de mes préférés, bien écrit, aux déductions ciselées et qui offrent des pistes de réflexion solide. Que demander de plus ?

Walking my baby back home est un film ayant réellement existé (à la différence de Miss McTwig et sa vie rocambolesque !). Janet Leigh y jouait le rôle de Chris et non pas de Rosie et le film durait 1h35.

Notez cet épisode !

Anecdotes
  • Fait rare, Columbo n’arrête pas la coupable à la fin de l’épisode : cette dernière est en effet atteinte d’une tumeur au cerveau et n’a plus que quelques semaines à vivre. Son mari était au courant de la nouvelle, raison pour laquelle il ne voulait pas qu’elle reprenne sa carrière, ce qui aurait accéléré l’arrivée de sa mort… Cette maladie lui a même fait oublier qu’elle est l’assassin de son mari. C’est finalement Ned Diamond, un ami de la meurtrière, qui s’accuse à sa place. Puisqu’il a réalisé des aveux, Columbo se doit d’en tenir compte même s’il est convaincu qu’il lui ment. Il affirme à son vis-à-vis qu’il n’aura aucune peine à prouver que ce n’est pas lui le coupable, mais ce dernier lui répond que « Cela prendra bien quelques mois… ». Ce fait n’est toutefois pas unique, car Columbo laissera également libre la complice du crime dans l’épisode 62 Le meurtre aux deux visages.
  • Dans l’épisode, le personnage joué par Janet Leigh demande à son majordome de lui passer un film de ses débuts, il s’agit de Walking My Baby Back Home (1953) où Janet Leigh partage la vedette avec Donald O’Connor.
  • Un deuxième épisode utilise lui aussi un film précédemment réalisé avec le protagoniste principal afin de fournir un passé étoffé à un personnage : Une question d’honneur, qui est le quatrième épisode de la saison cinq.
  • Au cours de cet épisode, Columbo doit effectuer un entrainement au tir, mais, totalement rebuté par cet exercice, il demande à un collègue d’y aller à sa place ; cette anecdote confirme son aversion pour le tir.
  • C’est l’une des rares fois où on peut voir Columbo dans une tenue autre que son éternel costume-pardessus (il est en smoking).
  • Au début du film, le majordome apporte un verre de lait dans la chambre, mais sur le plan précédent le verre de lait est déjà présent.
  • Dans la scène finale qui se passe dans le salon de la maison, il y a un tableau du peintre français Bernard Buffet, représentant le château de Sully-sur-Loire, accroché au-dessus de la cheminée.
  • La répétitrice de danse est doublée par Paule Emanuele.
  • C’était le dernier rôle d’acteur de John Payne avant sa mort le 6 décembre 1989 à l’âge de 77 ans.
  • Le film inventé « Song and Dance« , qui a jeté les bases d’une éventuelle relance de la carrière de Grace Wheeler, est basé sur Il était une fois Hollywood (1974), un film mettant en lumière des comédies musicales de l’âge d’or d’Hollywood.
  • Après quatre saisons complètes, Columbo enfile un smoking et a l’air « exceptionnellement élégant », comme le remarque le majordome.
  • Le personnage de Janet Leigh, Grace Wheeler, fait référence à son rôle dans Les yeux de ma mie (1953) en tant que Rosie. En réalité, le personnage de Leigh s’appelait Chris Hall dans ce film, mais elle a joué un personnage nommé Rosie DeLeon dans Bye Bye Birdie (1963). Rosie était aussi le surnom que son personnage préférait être appelé dans The Manchurian Candidate (son nom complet était Eugenie Rose Chaney).
  • Janet Leigh est une guest star de cet épisode. La fille de Leigh, Jamie Lee Curtis, est apparue plus tard comme serveuse dans l’épisode Columbo : Les surdoués (1977).
  • Les invités de The Tonight Show Starring Johnny Carson: Épisode datant du 27 juin 1975 (1975) que Raymond le majordome et sa femme regardent étaient Della Reese, Nanette Fabray, Earl Holliman et Euell Gibbons.
  • Le manoir utilisé a également été utilisé dans Philadelphie : The Gang Saves the Day (2013).
  • Columbo affirme que le film Les yeux de ma mie (1953) dure une heure et 45 minutes. En fait, la durée réelle du film est d’une heure et 35 minutes.

Ne ratez pas les prochains dossiers !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! En savoir plus dans notre politique de confidentialité

What is your reaction?

0
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly