Histoire

Le Dr. Marcus Collier est psychanalyste et chercheur en analyse de comportement. Cela fait plusieurs mois qu’il a une liaison avec Nadia Donner, l’une de ses patientes. Cette femme est depuis des années psychologiquement fragile. Elle subit une relation toxique avec ce médecin, au point que ce dernier la drogue de façon récurrente, sans aucune déontologie médicale, lors de séances d’hypnose. Le mari trompé, Karl Donner, confronte les amants dans une villa au bord de la mer; une bagarre s’ensuit où Karl reçoit un coup fatal à la tête, porté par le docteur. Les amants maquillent la scène en faisant croire que le couple légitime a été attaqué par deux rôdeurs, dans la soirée, à un horaire où Collier était loin des lieux. En quittant la villa, le docteur croise le chemin d’un passant aveugle et de son chien-guide qu’il manque d’écraser.

Avis

Cette fois-ci, la victime est un salaud. Aussi arrogant que son bourreau, il prend sa femme pour sa propriété exclusive et va même jusqu’à la battre comme plâtre lorsqu’elle a l’audace de vouloir partir avec le docteur Collier. C’est un combat de coq !

Au lieu d’appeler la police, Marcus Collier décide de mentir et demande à sa maitresse de raconter une invraisemblable histoire sur deux cambrioleurs voulant mettre à sac leurs maison secondaire. C’est le premier accroc du scénario, je me demande bien pourquoi vouloir à tout prix mentir, surtout quand on connait l’état psychique fragile de Nadia (sa patiente qui plus est). Il aurait été bien plus simple de dire la vérité, surtout que le mari cocu battait sa femme. Des lois existaient déjà à l’époque pour la légitime défense. Une telle défense aurait largement suffit à mon sens et aucun des deux ne serait allé en prison.

Mais Collier préfère sa stratégie et pour le plaisir du spectateur, tant mieux ! Parce que l’épisode est tout de même bien réussi, on ne s’ennuie pas une seconde durant ces affrontements. C’est un épisode pour les fans de déductions pure, tout est construit pour titiller les petites cellules grises. La dernière réplique de Columbo est géniale, elle sonne très bien et rend la fin d’autant plus jouissive. George Hamilton, qui joue l’assassin, Marcus Collier, est un assassin typique de la série : arrogant, méprisant, sûr de lui. C’est un plaisir de la voir jouer au chat et à la souris avec le lieutenant.

Alors oui, il y a quelques points d’accroches. Le meurtre par hypnose pour commencer. C’est un peu tiré par les cheveux mais pourquoi pas, je veux bien y croire, après tout. Mais d’autres détails gênent ou plutôt seraient impardonnable à tout policier respectable. Par exemple, Columbo est sur la piste d’une voiture française à cause des traces de pneus et ne prend même pas la peine d’examiner l’aile de la voiture alors qu’une voiture française (comme celle de l’assassin) a heurté le poteau à l’entrée. Ou encore, Collier appelle Nadia de chez lui, pour déclencher le meurtre par hypnose et Colum le regarde faire, sans savoir ce qu’il se passe à ce moment. N’était-il pas possible de vérifier la trace des appels, que ce soit du domicile de Collier ou de chez Nadia ?

Bref, il faut voir cet épisode comme un exercice pour les petites cellules grises. Dans la vraie vie, rien de tout cela n’aurait tenu, et le stratagème final, aussi génial soit-il, ne suffirait pas conduire Collier en prison.

Cet épisode contient aussi une des rare scène de colère de Columbo. En interrogeant le Dr Borden, qui travaille avec l’assassin et après une nuit d’insomnie, Columbo se lâche, et remet la jeune femme et sa désinvolture à sa place.

C’est à vous que je le demande ! Dans le cadre d’une enquête pour meurtre !

Columbo

Notez cet épisode !

Anecdotes

Le laboratoire d’analyse comportementale dans lequel le Dr Collier et le Dr Borden travaillent utilise un marquage de couleur au sol pour tester l’aptitude des souris à se repérer dans un labyrinthe. De manière ironique, le même système est employé à l’attention des visiteurs et du personnel pour les aider à s’orienter dans les vastes locaux.

On retrouve comme de temps en temps Bruce Kirby en tant que sergent à fort caractère. C’est un des rares personnages récurrents de l’entourage professionnel de Columbo.

L’acteur George Hamilton réapparaît en 1991 dans un épisode de Columbo intitulé Attention ! Le meurtre peut nuire à votre santé (Caution – Murder Can Be Hazardous to Your Health), où il incarne à nouveau le rôle du meurtrier, celui de Wade Anders. Gros fumeur dans ce premier épisode, il déteste l’odeur du tabac dans le second.

Erreur de script : en s’enfuyant, le meurtrier heurte le poteau du portail devant l’aveugle. Ce détail important n’est néanmoins pas mentionné dans l’enquête ni par l’aveugle lors du dénouement final, sans également qu’il ne soit fait mention d’une quelconque réparation de la voiture du meurtrier.

C’est l’un des rares épisodes de Columbo (1971) dans lequel le meurtre original est un acte spontané. Dans la plupart des épisodes, le meurtre est soigneusement planifié.

Tout cet incident aurait pu être considéré comme un homicide justifiable si le docteur avait appelé la police immédiatement. Le couple partait, la victime a attaqué le médecin puis a commencé à battre la femme. Les 50 États ont des lois qui justifient la force mortelle pour empêcher les blessures corporelles ou la mort d’une victime. Si le couple avait simplement expliqué les circonstances, alors, au pire, ce serait un homicide involontaire et, au mieux, justifié. Ils auraient tous les deux pu partir libres.

Débuts à la télévision de Priscilla Barnes.

Filmographie de George Hamilton

Il participe à la super-production de Carl Foreman, Les Vainqueurs, et s’essaie avec succès à la comédie il participe à la super-production de Carl Foreman, Les Vainqueurs, et s’essaie avec succès à la comédie d’action dans Viva Maria ! de Louis Malle et L’Homme de Marrakech de Jacques Deray, avant de s’orienter vers la télévision, où il donne la réplique à Lana Turner (déjà croisée sur Par l’amour possédé) dans The Survivors et lance sa propre série Paris 7000. Entré dans la production en 1971, avec Evel Knievel de Marvin Chomsky, il produit et interprète en 1979 le film culte de Stan Dragoti Le Vampire de ces dames, et en 1981 parodie avec entrain le plus illustre bretteur du cinéma dans La Grande Zorro, une comédie de Peter Medak. Ces deux films lui vaudront chacun une nomination au Golden Globe du meilleur acteur de comédie. À sa filmographie, viennent s’ajouter Sextette de Ken Hughes, Le Fantôme de Cat Dancing de Richard Sarafian, Le Parrain 3 de Francis Ford Coppola ou encore Crocodile Dundee 3 de Simon Wincer et plus récemment Off Key de Manuel Gomez Pereira.
Source : Wikipedia

Ne ratez pas les prochains dossiers !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! En savoir plus dans notre politique de confidentialité

What is your reaction?

0
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly