Histoire

Elizabeth est handicapée moteur et ne se déplace qu’en fauteuil roulant. Sa mère, Margaret Midas, est la propriétaire d’une importante compagnie d’électronique spécialisée en domotique. Cette entreprise familiale est dirigée par Harold Van Wyck, le mari d’Elizabeth. La maison du couple est d’ailleurs truffée d’aménagements divers : portes s’ouvrant au claquement des mains, ascenseur de rampe pour fauteuil roulant, circuit complet de caméras de surveillance interne. Margaret est insatisfaite des résultats de son gendre. En outre, elle a découvert qu’il avait plusieurs maîtresses. Sans mettre sa fille au courant de ses infidélités, elle décide alors de le renvoyer de son travail.

Avis

L’affrontement qui ouvre l’épisode a des relents de Qui a peur de Virginia Woolf ou des comédies acides et vaudevillesques. C’est drôle, c’est méchant, la vieille dame en prend pour son grade tout en gardant le pouvoir sur son gendre. Les répliques sont cinglantes, bien écrites. C’est un début d’épisode excellent, un de mes préférés je pense. Le meurtre en est d’autant plus, j’allais écrire jouissif. Ce n’est pas tout à fait le mot juste, le meurtre est choquant, il est tout aussi violent que l’affrontement verbal, il est dans la droite ligne de ce que l’on a vu un peu plus tôt. Harold Van Wyke tue sa belle-mère avec délectation, sans un seul mot, d’une balle dans le dos alors, effrayée, elle cherche à fuir.

Harold Van Wick est un inventeur de génie. Sa maison est truffée de gadgets en tout genre, d’électronique. Mais surtout, d’inventions électroniques, des produits à l’avant-garde pour la date de diffusion de l’épisode. Mais l’épisode n’a pas le ridicule de Au-delà de la folie, il a son côté kitsch, certes, mais il reste plus crédible que Au-delà.C’est assez rigolo de voir la fierté et l’étonnement devant une montre sans aiguille ! Ou la qualité de l’image du système de surveillance d’Harold. Il zoome autant que les vidéos et avec autant de détails que 50 ans plus tard, toute l’équipe des experts !

Même si Harold Van Wick n’est pas un adversaire à la taille de Columbo et que son charisme laisse à désirer, l’épisode contient de sacré bons moments. Outre l’ouverture, toute la séquence dans la galerie d’art est géniale. On voit le lieutenant déambuler et se faire expliquer des œuvres abstraites, abracadabrantesque pour des prix exorbitant.

Le meilleur reste à venir ! Columbo prend la ventilation pour une œuvre d’art. Ce n’est pas plus absurde que l’esprit du chien mort. Mais surtout, c’est la réaction de la tenancière de la galerie d’art lorsque Columbo lui explique que sa femme peint elle-aussi, des peintures achetées au supermarché dans lesquels où les couleurs sont numérotés qui vaut le détour.

Ma femme peint un peu. Elle achète ses toiles avec des numéros dessus. On colorie avec la peinture qui porte le même numéro, ça rend assez bien.

Columbo

Autre moment mémorable, c’est la toute fin de l’épisode, lorsque l’assassin veut dire au revoir à sa femme. Sa réponse et sa réaction en font l’une des plus émouvantes de la saison. En attendant le premier épisode de la saison 5.

A noter que c’est la première fois que l’on voit Columbo tirer avec une arme. On ne le reverra jamais faire cela à nouveau. Et tirer est un bien grand mot tant il semble détester ça.

Notez cet épisode !

Anecdotes

Gena Rowlands est la femme de John Cassavetes, alors meilleur ami de Peter Falk.

Oskar Werner est notamment connu pour avoir interprété Jules dans le film Jules et Jim, de François Truffaut, aux côtés de Jeanne Moreau (Catherine) et Henri Serre (Jim). Il a également joué dans Fahrenheit 451, du même Truffaut.

Gena Rowlands et Peter Falk avaient déjà joué ensemble dans le film Une femme sous influence de John Cassavetes.

L’œuvre classique que la victime écoute juste avant son assassinat est la ballade nº 1 en sol mineur, op. 23 composée par Frédéric Chopin.

Le mobile du meurtre n’a jamais été évoqué lors de l’enquête de Columbo.

L’un des deux épisodes, avec Une étrange association, où Columbo arrive malade sur le lieu du crime. À ce moment-là, il tente de soigner une rhinopharyngite.

Pour la 1re fois Columbo tire au revolver… mais c’est dans un carton rempli de sable.

Peter Falk s’est rendu jusqu’en Suisse pour persuader Oskar Werner en personne de participer à l’épisode.

Les images de football proviennent du match du 24 novembre 1973 à Wake Forest contre l’État de Caroline du Nord, que NC State a remporté 52-13.

La résidence d’Harold Van Wick est le même lieu de tournage que la résidence de Mark Wharton dans L’homme qui valait 3 milliards : Hocus-Pocus (1976) et la résidence de Dave Erhard dans Drôles de dames : Lady Killer (1976).

Ne ratez pas les prochains dossiers !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! En savoir plus dans notre politique de confidentialité

What is your reaction?

0
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly