Histoire

Le Dr Bart Keppel, chercheur en techniques de publicité et éditeur de films publicitaires, a des difficultés relationnelles avec son client, Victor Norris. Ce dernier le menace de raconter à la police qu’il provoque un chantage à l’encontre de ses clients avec un mannequin, Tanya, pour obtenir davantage d’argent de leur part que ce qui est convenu par contrat au départ.

Avis

Et revoilà Robert Culp en assassin ! Cette fois-ci, il incarne un assassin au sang-froid impeccable. Pas d’accès de rage comme dans ses apparitions précédentes mais une intelligence intacte. Cet épisode est d’ailleurs entièrement centré sur le duel avec Columbo. Les personnages secondaires, malgré leurs intérêts, restent en arrière-plan, très loin derrière la joute entre le lieutenant et l’assassin.

Les deux sont sur le qui-vive constamment. Et si, comme tout le monde, le docteur Bart Kepple a sous-estimé Columbo, il révise rapidement son jugement face à la ténacité du lieutenant et à ses déductions parfaites.

Ces scènes de tensions, ce petit jeu du chat et de la souris, donnent naissance à de magnifiques scènes. Celle où Columbo demande au docteur Keppel de le conduire sur les lieux du second crime est très réussie. Arrivé à la sortie du parking, le docteur stoppe la voiture et demande la direction. « Droite ou gauche? Vous ne m’avez pas dit où le meurtre a été commis, lieutenant, donc je ne pouvais pas savoir comment m’y rendre, n’est-ce pas ? » Bart Kepple n’est pas dupe. « Bien essayé » lui dit-il, ce à quoi le lieutenant répond : « Je ne peux pas tous les gagner. » Une bataille d’esprit qui se prolonge dans la scène du golf.

– Bon tir, doc !
– Merci.
– Pour un temps, j’ai cru que j’allais gâcher votre partie.
– Ça ne risque pas.

Dialogue à double sens, filmé avec Columbo juste derrière Kepple : le lieutenant est sur ses talons.

L’épisode se conclue avec un piège tendu par Columbo, et reprenant la méthode du docteur : les images subliminales. Une bonne conclusion même si on a un peu l’impression que Columbo et son photographe étaient cachée… derrière une plante en pot !

Notez cet épisode !

Anecdote

C’est la troisième apparition de Robert Culp comme assassin dans la série, après les épisodes Faux témoin (Death Lends a Hand) en 1971 et Le Grain de sable (The Most Crucial Game) en 1972. Il fera également une apparition dans le pilote de Mme Columbo (1979).

Lors de l’apparition de Columbo sur les lieux du crime, celui-ci fait directement allusion au film précédent dans la série, Candidat au crime, en disant : «I missed dinner tonight workin’ late on that Hayward case » («J’ai raté le dîner ce soir en travaillant tard sur l’affaire Hayward »).

C’est un des rares épisodes, où on ne voit pas la 403 de Columbo (on la devine juste une fois, à la fin, quand il descend de sa voiture).

C’est aussi un des rares épisodes où on voit Columbo dans un magasin d’alimentation.

Lors de sa deuxième rencontre avec Keppel, Columbo lui apporte une photo de sa femme afin qu’il voie à quoi une vraie ménagère ressemble, mais finalement il ne la lui montre pas.

Columbo fait allusion à Columbo : Candidat au crime (1973) dans les deux épisodes suivant. Dans cet épisode, Columbo dit qu’il a « travaillé tard sur l’affaire Hayward ». Il ne fait guère de doute que Columbo désigne Nelson Hayward, le politicien qui assassine son directeur de campagne dans « Candidate For Crime », car cet épisode a suivi celui-là. C’est une reconnaissance inhabituelle que Columbo gère plusieurs cas en même temps. Puis, dans l’épisode suivant, Columbo : Édition tragique (1974), Columbo dit au tueur Riley Greenleaf (Jack Cassidy) qu’il veut écrire un livre sur ses expériences en tant que policier. À titre d’exemple de son matériel de livre potentiel, Columbo décrit l’intrigue de « Candidat For Crime ». Greenleaf répond : « Lieutenant, très franchement, je me fous de votre sénateur ou de votre histoire. »

Même si Arlene Martel est répertoriée dans le générique de la distribution sous le nom de « Tanya Baker », son rôle a été complètement coupé de la série.

La mystérieuse Tanya Baker figure dans cette affaire tandis que Columbo et Kepple discutent sur le terrain de golf. Le même nom a été utilisé dans Deux cent dollars plus les frais : The Kirkoff Case (1974), lorsque Jim Rockford s’adresse à une femme du même nom dans un club de tennis. Stephen J. Cannell a écrit les deux épisodes.

Le terme « publicité subliminale » mentionné et utilisé par le meurtrier a en fait été inventé par l’analyste de marché James Vicary. Vicary a affirmé que pour un film intitulé « Picnic » joué dans un théâtre de Fort Lee, NJ, il avait inséré des cadres dans le film qui lisaient « buvez du Coca-Cola » et « mangez du pop-corn » qui étaient brièvement affichés à l’écran toutes les cinq secondes pendant projections. Bien que la durée de chaque flash soit trop courte pour que quiconque puisse le détecter consciemment, Vicary a affirmé que cette exposition subliminale avait augmenté les ventes de Coke de 18% et les ventes de pop-corn de 58%. Les annonceurs, la FCC et les psychologues de recherche étaient sceptiques, et dans un article de Advertising Age, Vicary a admis qu’il n’avait jamais mené « l’expérience » subliminale – elle a été concoctée comme un gadget pour attirer des clients vers son entreprise de marketing défaillante. Le concept de publicité subliminale, néanmoins, a continué dans le cadre de notre culture.

Chuck McCann, qui incarne le projectionniste Roger White, a joué le rôle-titre dans The Projectionist (1970).

La scène et le théâtre où le Dr Kepple montre son film avec des coupes subliminales dans « Double Exposure », avec son rideau d’or et ses escaliers distinctifs à droite de la scène, est le même endroit où le Dr Mason prononce son discours de motivation dans Columbo : Jeu de mots ( 1978).

Le personnage de Robert Culp, le Dr Bart Kepple, porte un blazer vert à boutonnage simple à un moment donné. Culp portait également un blazer vert dans ses deux autres apparitions en tant que meurtrier : l’enquêteur Nelson Brimmer dans Columbo : Death Lends a Hand (1971) et Paul Hanlon dans Columbo : Le grain de sable (1972).

Le meurtrier utilise une femme nommée Tanya Baker pour attirer les hommes au chantage en les menaçant d’exposer leur implication avec Tanya à leurs épouses. Cet épisode a été écrit par Stephen J. Cannell, qui a produit plus tard L’agence tous risques (1983), qui, dans la 2e saison, mettait en vedette un personnage nommé Tanya Baker qui a aidé l’équipe dans leurs missions en 10 épisodes.

Filmographie sélective de Robert Culp

Fils d’un avocat, il entre à douze ans dans un groupe théâtral et participe aux activités d’un club de jeunes acteurs jusqu’à la fin de ses études primaires. Il part ensuite pour l’université de Washington, tout en se perfectionnant dans l’art dramatique. On le voit à New York dans une pièce dont les représentations sont arrêtées au bout de deux semaines pour raisons financières. Dans le Connecticut, il fait partie d’une compagnie itinérante… Mais ce métier ne lui rapportant guère, il devient informaticien à la Chase Manhattan Bank. Obtenant un rôle à Broadway en 1953, il démarre sérieusement sa carrière. Il tourne son premier long métrage dix ans plus tard mais s’est, dans l’intervalle, fait connaître grâce à des séries télé dont il a bien souvent écrit les scénarios, sa série la plus populaire est Les Espions. Son personnage de Trent dans la série Au-delà du réel – (The Outer limits) en 1964 dans l’épisode « La main de verre » a inspiré le personnage de Terminator.
Source : Wikipedia

Ne ratez pas les prochains dossiers !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! En savoir plus dans notre politique de confidentialité

What is your reaction?

0
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly